IMG_5339

IMG_5339

Hommage à Kitaro

Kitaro est un musicien et compositeur japonais du new-age.  À mon avis,  le meilleur  du siècle dernier. Sa musique descend des étoiles, d’autres  galaxies  d’autres univers, une musique de paix, de relaxation, de méditation,  de réflexion. La musique de Kitaro est la seule musique qui fait l’amour à l’univers, une musique divine qui vous fait  voyager loin  dans l’au-dela, et à l’intérieur de vous-même.
Si vous avez un cœur dans la poitrine, il est impossible de ne pas aimer la musique de Kitaro”. C’est avec ‘’The silk road ” qui est pour moi une de ses meilleures compositions que j’ai écouté ce génie pour la première fois. Je regardais en  même temps les neiges bleues de l’Himalaya. Le paysage était  si beau, si profond, si paisible, avec cette musique magique qui descendait des cieux, que j’ai pleuré comme un enfant, qui a un gros chagrin, pendant des heures. Mais est-ce que c’étaient des larmes de peine ou des larmes de joie … il m’était impossible de décrire l’effet que cette  musique avait sur moi, une sorte de paix intérieure, un calme je n’ai jamais connu auparavant, une joie indéfinissable, une impression que des anges  chantaient  pour moi, et ce  silence dans cette musique, ce  message venu d’ailleurs, cette  immense paix avec le monde.
Après tant d’années que j’écoute la ‘’silk road’’, je n’arrive toujours pas à trouver les mots justes pour décrire pourquoi chaque fois que je l’écoute, il me semble que c’est toujours la première fois. Pourquoi cette musique me donne des ailes? pourquoi il me faut beaucoup de temps pour redescendre sur  terre?. Je suis finalement arrivé à la conclusion qu’un tel plaisir pour  mes oreilles, mon cœur et mon esprit, cette combinaison magnifique de  violon-symthétiseur  ne peut être décrite avec des mots mais seulement avec des larmes, des larmes de joie.
Si vous écoutez sa musique de Kitaro pour la première fois, fermez vos yeux et laissez-vous emporter par ce magicien, vous allez faire comme moi un très beau voyage, bientôt vous  allez vous retrouver dans un royaume   de  paix, d’amour, de sérénité sur cette planète ou ailleurs, quelque part où vous n’avez jamais été auparavant. Pour moi, la ‘’silk road’’  est une pièce  de  musique céleste, qui va droit au coeur, qui vous sort de vous-même, et qui vous emmène très loin vers des  mondes meilleurs. C’est ce que je ressens à chaque fois que j’écoute la « ‘silk road » » et je n’arrêterai jamais de l’écouter.
Il m’était impossible de décrire l’effet que cette  musique a eu sur moi, une sorte de paix intérieure, un calme je n’ai jamais connu auparavant, une impression que des anges  chantaient  pour moi, et ce  silence dans cette musique, ce  message venu d’ailleurs, cette  immense paix avec le monde.
Après tant d’années que j’écoute la ‘’silk road’’, je n’arrive toujours pas à trouver les mots justes pour décrire pourquoi chaque fois que je l’écoute, il me semble que c’est toujours la première fois. Pourquoi cette musique me donne des ailes? pourquoi il me faut beaucoup de temps pour redescendre sur  terre?. Je suis finalement arrivé à la conclusion qu’un tel plaisir pour  mes oreilles, mon cœur et mon esprit, cette combinaison magnifique de  violon-symthétiseur  ne peut être décrite avec des mots mais seulement avec des larmes, des larmes de joie.
Je ne ferai jamais physiquement le voyage sur la ‘‘silk road’’, de la Chine vers la Syrie. Mais bercé par  cette musique,  j’ai laissé mon imagination  errer à travers le couloir du Gansu, en suivant les pistes étroites qui rejoignent la Perse à l’Inde, à travers les hautes montagnes de l’Asie centrale
Je suis même allé dans le désert du Taklamakan, l’un des déserts les plus arides du monde, là  où le climat est  horriblement chaud en été et  descend bien au-dessous de zéro en hiver.
J’ai suivi les étapes d’un sage moine Xuanzang , qui a parcouru la ‘’silk road’’, une aventure qui a duré 15 ans. J’ai parlé aussi aux concessionnaires, aux  pèlerins, aux soldats et aux espions.
C’est là, dans ces caravanes traversant le couloir des Gansu, que j’ai vu les grandes religions, comme le bouddhisme, le christianisme Nestorien, le judaïsme et l’islam entrer en Chine.
La ‘’silk road’’ m’a permis d’atteindre quelque chose d’autre, un monde magique, et qui me laissera  toujours voyager vers d’autres cieux, d’autres dimensions, au sommet des montagnes, dans des lieux éloignés, mais aussi l’intérieur de moi où je n’ai jamais été avant. Je suis convaincu que si tout le monde voulait écouter  la parfaite harmonie de sons aussi souvent que je le fais avec les autres millions d’autres fans de Kitaro, nous  vivrons tous dans un monde meilleur. Sa musique apporte un  message universel d’amour, un message de paix, un message d’espoir. Et chaque fois que j’écoute Kitaro, j’ai ce sentiment étrange que j’apprends  une autre langue.  Chaque morceau de sa musique céleste est une aventure différente, mais ils ont tous les mêmes objectifs, de m’emmener  loin, très loin d’ici, très loin de celui que je suis, ce que j’ai été et où je serai, une aventure qui n’a  jamais de fin, qui se perd dans l’infini.

Le ‘’caravanserai’’ , une musique de Kitaro a été choisi par Jacques Chirac comme musique d’attente à l’Elysée pendant douze ans

Et pour finir, je voudrais dire merci au Maître Kitaro pour tout le bonheur que sa  musique magique me donne et j’espère qu’il en sera de même pour vous.

Et les Wallabies?

Et les Wallabies! Qui sont les Wallabies?

Si vous n’avez pas entendu parler des Wallabies, c’est que vous habitez sur une autre planète, où qu’il est temps de vous payer une télé.

Les Wallabies, c’est une bande de potes, une centaine de joueurs appuyés of course sur les forces du sport australien, le professionalisme, une médecine préventive, un entraînement à haut niveau, le soutien du public. Des potes qui forment un commando qui se connait par coeur,  qui joue , s’entraine depuis des années, on répète les combinaisons, on bosse sur une technique et on collectionne les victoires. De ce commando sont nés des mythes, des légendes, des héros, des stars du rugby mondial. Mais c’est surtout une bande de copains, qui jouent,  pas pour la nation, pas pour l’Histoire mais pour eux, c’est leur force. Faites-les entrer dans un stade,  donnez-leur un ballon oval, et vous avez là une redoutable machine de guerre avec un niveau technique et physique exceptionel, avec la culture innée de la gagne – ‘’to win’’

L’Australie, la tite histoire

LE DEBUT

 

L’histoire de l’Australie commence avec un célèbre navigateur, explorateur, cartographe, aventurier du nom de James… Non pas James Bond, James Cook. Non ce n’est pas lui qui a découvert ce pays il en a prit simplement et facilement possession, quel culot! ce que les Hollandais, Français ou autres n’ont  pas fait. Pourquoi?   Bonne question. Les autres touristes (les Frenchies – les Espagnols, Hollandais etc… peut-être n’avaient aucune idée de la grandeur de l’île,  les rivages paraissaient hostiles, l’Ocean Pacifique pas si pacifique (attention – barrière de corail à tribord – demi-tour), ou pitetre les Abos n’étaient pas hospitaliers comme les Tahitiens et les Tahitiennes surtout, (parait qu’elles étaient toutes nues). Ils auraient pu au moins se comporter en ingliche gentlemen, les autres, consulter les locaux, qui eux étaient résidents depuis 40.000 ans.  Vous l’auriez fait, vous? De débarquer un matin chez des gens, qui vous sont inconnus,  dans une Terra Incognita  sans carte d’invitation, bien sur que non, mais les Rosbifs n’ont pas hésités eux. Drôle de civilisation, hein!

Il mérite quelques lignes ici qu’on lui tire le chapeau au  Sir Cook  car c’est lui le premier qui a planté le drapeau British à Botany Bay, une plage  sympa dans les Nouvelles Galles du Sud, au nom of course du British Empire.  Donc ce fameux James, issu d’une famille modeste, bosse  comme fermier avec Papa, puis mercier, mais il rêve de grands espaces bleus, il s’engage dans la Marine Marchande, (démerde le mec) puis dans la  Royale, (c’est mieux) et voilà une bonne occase! la guerre de Sept ans, qui apparemment en a  duré neuf ans ( comprenne qui peut) , éclate, et la bataille décisive a duré en tout dix-sept minutes. A se demander? Habile du crayon,(artiste par-dessus le marché), il  dessine l’entrée du St-Laurent pendant le siège du Québec, ce qui permet une attaque secrète dans les plaines d’Abraham.  il se fait remarquer par le général Wolfe (qui a eu pour mission de nous foutre la rouste (à nous les Gaulois?) (bye-bye le destin de la Nouvelle France, on y laisse  des canards et des oies, des poulets,   beaucoup de plumes, l’Acadie et La Louisiane).  St-Cloud-Paris-Match.

Pour féliciter  ce fameux cartographe, le général Wolfe en grand vainqueur  le présente fièrement  à l’Amirauté et à la Royal Society (Notre Académie des Sciences) et voici  notre petit mercier promu commandant du HMB Endeavour,  quittant bientôt Plymouth pour bourlinguer sous le soleil  des Mers du Sud aux frais de la princesse, et prenant possession de terres et  d’îles aux frais de la Princesse, l’Empire Britannique.

 

Remarquez ici que James Bond (le Connery) est un rigolo, du cinéma quoi,  à  côté du Cook, de James Cook, le courageux explorateur, (L’Indiana Jones en chair et en os) qui n’hésite pas à franchir plusieurs fois l’Ocean Pacifique,   le cercle polaire Antartique et la redoutable barrière de corail, le mec  avec une connaissance profonde de la mer, (faut reconnaitre) un  capitaine qui sait mener ses hommes dans les conditions les plus rudes. Marche ou crève  ou plutot  tiens bon la barre sinon  on va tous crever, matelot, hissez haut… Santiano, nous irons jusqu’à Brisbano.

A l’époque, c’était un George! George III, je crois,  qui régnait  de l’autre côté de la Manche, les Engliches ont eu autant de rois appelés George que nous avons eu de Louis en France, mais chez nous si nous avons facilement adopté le nom  de Louis, les rois eux ont gardé leurs noms et les Louis avec , et nous, le people,  quedal.

Mais faut dire aussi que les poms, oui c’est comme çà qu’on appelle les Rosbifs ici, (abbreviation de Prisoner of Her Majesty) – Pit-être. Et bien les Poms, Z’étaient pas mieux nourris que nous. Ils crevaient la dale kif-kif, ils volaient du pain pour manger, et qu’est-ce qu’on fait aux voleurs de pain, on les envoie au bagne aux Colonies. Les jolies colonies de vacances merci Papa merci Maman…. Donc l’Angleterre est surpeuplée, les guerres n’exterminent  pas assez de monde, les armes meurtrières comme les sulfateuses, les bombes, les chars…  n’existaient pas encore.

Faut à tout prix se débarrassait de cette racaille, on les entasse dans des raffiots et s’ils  crévent en voyage, hop par-dessus bord, çà nourrit les requins, (pas étonnant qu’ils mesurent cinq ou six mètres de long ces monstres, vu tous les rosbifs qui zont bouffé).

 

 

la flore

Le Camphrier ou Arbre à camphre (Cinnamomum camphora), est un arbre de la famille des Lauracées, dont on extrait le camphre par distillation de son bois, dit “bois de Ho”1.

C’est un arbre de taille moyenne, de 15 à 25 m de haut, à feuilles alternes, entières, coriaces et persistantes, pouvant présenter des domaties. De forme générale ovale, elles sont longues de 10 cm environ et dégagent une forte odeur de camphre au froissement. Les fruits sont des drupes charnues sphériques portées par un pédoncule vert épais. Ils sont bleu sombre à noir à maturité.

Son aire d’origine se situe en Chine, à Taïwan et au Japon. Il s’est naturalisé dans les autres continents, et se comporte parfois comme une espèce envahissante.  Il a été importé en Australie dans l’état du Queensland pour abriter du soleil les cours dans les écoles.

Décoratif par son feuillage toujours vert, il est souvent planté dans les rues comme arbre d’alignement dans les pays chauds.

L’huile essentielle extraite des feuilles des camphriers acclimatés à Madagascar est le “ravintsara”, considéré en aromathérapie comme un antiviral majeur et comme un excellent immunostimulant et antidépresseur, à ne pas confondre avec l’huile de Ravensara aromatica2.

Le bois du Camphrier, dont l’odeur particulière résiste pendant plusieurs années, bénéficie de vertus fongicides qui éloignaient les mites. Pour cette raison, il a été pendant longtemps utilisé par la Maison Moynat pour la fabrication de malles afin de transporter les fourrures.

Le camphrier est l’arbre emblématique de la ville de Hiroshima, le premier, avec le Ginkgo biloba, à avoir repris après le bombardement atomique.

Le camphrier joue un rôle dans le dessin animé Mon voisin Totoro du réalisateur Hayao Miyazaki

Amazingpeopleclub

Les personnages extraordinaires.

Depuis que le monde est monde, des milliers de personnages extraordinaires ont contribué à améliorer la condition humaine sur cette planète, et ceci dans tous les domaines (la médecine, l’histoire, l’exploration, les sciences), et bien d’autres. Bien des leaders et des visionnaires ont influencé notre pensée, la religion et la politique. Bien des fondateurs, des conquérants, des emperors ont eu un immense impact dans l’histoire des hommes. Bien des génies dans les sciences, des artistes dans la litterature, la peinture, la sculpture, le théâtre , le cinéma, ont été célèbrée d’une génération à l’autre, et cela depuis des siècles.

Quand je me pose la question de savoir qui est le premier personnage extraordinaire qui devrait me venir  à l’esprit, le premier de la liste, je me gratte les méninges, je n’ai pas un nom qui arrive en priorité, pour la simple raison qu’il y en a beaucoup.

Prenons par exemple une premiere liste  de personnages  qui ont vécu dans  Paris, et même la ville de Lutèce.

  1. Arc, Joan of (ca. 1412 – 1431)
  2. Auriol, Jacqueline (1917 – 2000)
  3. Bailly, Jean Sylvain (1736 – 1793)
  4. Beauharnais, Josephine de (1763 – 1814)
  5. Beauvoir, Simone de (1908 – 1986)
  6. Bonaparte, Napoleon (1769 – 1821)
  7. Braille, Louis (1809 – 1852)
  8. Brossolette,Pierre(1903 – 1944)
  9. Caesar, Julius (100 BC – 44 BC)

10. Chanel,Coco(1883 – 1971)

11. Chappelle, Marie (ca. 1759 – ca. 1821)

12. Chatelet, Emilie du (1706 – 1749)

13. Clemenceau, Georges (1841 – 1929)

14.Clovis(465 – 511)

15. Denis, Saint (ca. 188 – ca. 257)

16. Dupres, Gaston (ca. 1759 – ca. 1814)

17. Eiffel, Gustave (1832 – 1923)

18. Francois I (1494 – 1547)

19. Garnier, Charles (1825 – 1898)

20. Genevieve, Saint (ca. 419 – ca. 502)

21. Haussman, Baron Georges-Eugene (1809 – 1891)

22. Henard, Eugene (ca. 1847 – ca. 1907)

23. Hugo, Victor (1802 – 1885)

24. Laroche, Raymonde de (1886 – 1919)

25. Lavoisier, Marie-Anne (1758 – 1836)

26. Louis XIV (1638 – 1715)

27. Louis XVI (1754 – 1793)

28. Marcel, Etienne (ca. 1298 – 1358)

29. Martel, Charles (ca. 688 – 741)

30. Michel, Louis (1830 – 1905)

31. Montgolfier, Joseph (1740 – 1810)

32. Notre, Andre Le (1613 – 1700)

33. Parisii (

34. Pasteur, Louis (1822 – 1895)

35. Piaf, Edith (1915 – 1963)

36. Pompadour, Madame du (1721 – 1764)

37. Prevert, Jacques (1900 – 1977)

38. Toulouse-Lautrec, Henri (1864 – 1901)

39. Turgot, Michel Etienne (1690 – 1751)

40. Voltaire (1694 – 1778)

41. Yersin, Alexandre (1863 – 1943)

L’Australie

LE SPORT

Où que vous soyez en Australie, il y a deux saisons. La saison du Cricket et la saison du Rugby. Ces deux saisons sont reliées entre elles par une seule religion, le sport, tous les sports y compris celui d‘être assis avec une bibine devant la télé ou au pub avec les mates.

Commençons par le cricket. Si vous ne connaissez pas les règles de ce jeu fascinant qui remplit le stade de Melbourne ‘’le MCG’’  de  80.000 fanas en plein cagnard. Je vais vous en donner les règles, vous verrez c’est très facile.

Il y a deux côtés donc deux équipes de onze joueurs. Un côté est à l’intérieur du terrain et l’autre à l’extérieur. Chaque joueur qui entre sort et quand il est dehors il entre et le prochain joueur entre jusqu’à ce qu’il sorte. Quand ils sont tous sortis et le côté qui vient de sortir entre et le côté qui était dedans sort et tente de sortir ceux qui sont rentrés. Quelquefois il peut y avoir des joueurs dedans mais pas dehors. Quand un joueur sort pour entrer, les joueurs qui sont dehors tentent de le sortir, et une fois sorti, il entre et le prochain joueur qui est dedans sort et entre.

Vous suivez? Pas encore? Vous  comprendrez bientôt. Continuons. Il y a deux mecs (les arbitres – bien sappés) qui sont tout le temps dehors. Ce sont eux qui décident qui sort et qui entre  et qui est dedans ou dehors, les salauds. Quand les deux équipes sont entrées et que tous les joueurs sont sortis et que les deux côtés sont sorties deux fois. Une fois  que tous les joueurs sont entrés, y compris ceux qui ne sont pas sortis, c’est la fin du match. Ce n’est pas un  sport rigolo, parce qu’il y a une histoire de cendres ( les ashes) il paraît que quelqu’un ou quelque chose est mort et puis il trimbale les cendres d’un continent à l’autre. Si c’est pas malheureux çà.

Confus? Don’t worry, c’est normal, c’est une blague mais blague à part, cette explication bidon s’adresse au spectateur (comme moi) qui ne connaît pas le jeu et qui essaie d’en comprendre  les règles. Si vous voulez vraiment comprendre pour ne pas mourir idiot, la vraie règle du cricket est aussi longue et chiante que l’encyclopédie Universalis. Et puis si après tout çà vous n’avez toujours pas pigé, ne vous tracassez pas, c’est peut-être pas un jeu pour nous, les Gaulois. Le foot, c’est quand même plus notre truc hein! Un ballon rond, deux équipes, la règle? Pour marquer un but, faut mettre le ballon entre les poteaux adverses, basta. Quoique paraît-il on jouait au cricket en France il y a quelques siècles contre ze Engliche of course,  histoire d’avoir un break entre deux batailles, y’a même un club Engliche  qui avait organisé un match  contre la France en 1789. Date mal choisie puisque  nous étions occupés à changer le monde  en guillotinant quelques indésirables, sorry messieurs ze Engliche nous avons des priorités pressantes de ce côté de la Manche.

On ne joue pas au cricket avec le ventre vide, nous n’avons même pas de pain à manger. Match reporté.

Pour le rugby? Y’a  les Wallabies! Qui sont les Wallabies?

Si vous n’avez pas entendu parler des Wallabies, c’est que vous habitez sur une autre planète, où qu’il est temps de vous payer une télé.

Les Wallabies, c’est une bande de potes, une centaine de joueurs appuyés of course sur les forces du sport australien, le professionalisme, une médecine préventive, un entraînement à haut niveau, le soutien du public. Des potes qui forment un commando qui se connait par coeur,  qui joue , s’entraine depuis des années, on répète les combinaisons, on bosse sur une technique et on collectionne les victoires. De ce commando sont nés des légendes, des héros, des stars du rugby mondial. Mais c’est surtout une bande de copains, qui jouent,  pas pour la nation, no no no, pas pour l’Histoire mais pour eux, c’est leur force. Faites-les entrer dans un stade,  donnez-leur un ballon ovale, et vous avez là une redoutable machine de guerre avec un niveau technique et physique exceptionnel, avec la culture innée de la gagne – ‘’to win’’.

Mais le sport spécifique à l’ Australie, cent pour cent  ‘’Made in Australia’’  c’est Le Footy ou  Aussie Rules. Cà, c’est du sport. Un truc vachement physique, un mélange de foot américain, de rugby, de saut en hauteur et ça court dans tous les sens puisqu’il n’y a pas de hors-jeu. Au premier abord, on est surpris, on ne passe pas la balle avec les mains, on n’a pas le droit de garder la balle  après quinze metres sans la faire rebondir etc… puis on apprend les règles, on les comprend et çà devient un sport captivant. Pour les petites natures, à souligner, le Footy est vachement violent avec avec beaucoup de ailles, de ouilles, ha  l’enfoiré etc… Les plus grands matchs se jouent où? Au MCG, à Melbourne of course, le plus grand stade de cricket du monde. Pour la grande finale annuelle, le MCG devient le centre d’attention de l’Australie, 80.000 spectateurs au stade et six millions de téléspectateurs. Z’avez noté. Franchement  si vous aimez le sport, vous serez gatés ici car c’est l’activité Australienne Number One, si on n’en fait pas, en général après la quarantaine because la bibine vous a arrondi la superficie  de l’abdomen,  et bien on le regarde  à la télé,  une bibine à la main droite et des chips à la main gauche, ou (à l’abreuvoir) au pub avec les mates. Cool.

Les bouquins

Dix mille? vingt mille? trente mille? non je ne les compte plus.

C’est de la folie. Plus d’ une centaine d’étagères à bouquins, et en plus des cartons pleins, plus le shed, (hangar) de 9m x 6m) dans les toilettes, dans la chambre à coucher, parce qu’on ne peut pas aller aux chiottes sans lire quelque chose ou aller au lit sans lire quelque chose, n’est-ce pas?  J’ai lu quelque part qu’on peut lire environ 10.000 livres dans une vie. Je n’ai pas fait les calculs. Tant de livres par semaine, tant par an, tant d’années….

Malheureusement on a beau aimer la lecture, il y a bien trop de livres pour les lire tous et nous avons si peu de temps. Est-ce qu’il y a des livres qu’il faut lire?, est-ce qu’il faut avoir une lecture disciplinée? Est-ce qu’il y a des écrivains plus importants que d’autres? Mais la question à laquelle il faut d’abord répondre est celle-ci. Pourquoi lit-on? Ma première réponse  qui me vient à l’esprit est pour s’instruire, savoir, comprendre ou essayer de comprendre ce que nous ne savons pas, même si arrivé au bout de la vie ce que nous savons est si peu, et notre ignorance est immense. Personnellement la lecture est mon plus grand plaisir, je n’ai jamais eu d’ordre dans mes lectures. Je lis de tout et rien. Je prends un malin plaisir à prendre un ou quatre bouquins et d’en lire quelques chapitres au hasard. Je passe de la philosophie à un bouquin de cuisine, de l’histoire de France  au jardinage, d’une biographie d’un homme de sciences à la poésie en Italien ou Espagnol, et le tout en Français ou en Anglais. J’espére que dans ce blog  je trouverai  un bibliophile et bibliomane, ou plusieurs de mon acabit pour partager nos moments de lecture de hasard. Je dois dire que si j’ai trouvé par hasard entre deux couvertures d’un bouqin un trésor fabuleux, mais aussi comme vous peût-être des misères noires. Si nous avons fait beaucoup de progrés dans des domaines divers, (la médecine , la sciences,etc….) l”histoire de l’humanité dans le monde et dans tous les continents  n’a pas toujours été aussi belle.

La vallée

J’ai lu quelque part que les hommes qui vivent au fond d’une vallée sont des gens heureux. J’habite dans la Tallebudgera valley et je n’y suis pas malheureux. Le coin est tranquille. Pas de pollution, beaucoup d’animaux, une foret d’arbres géants (des camphriers sauvages) une crique au bas de la propriété, près de là mon shed que je vais aménager en bibliothèque, en   studio de musique, un coin de relaxation, de meditation, de réflexion…

La riviere s’appelle Annabelle. Qui l’a surnommée ainsi? Je n’en sais rien. Elle prend sa source dans la chaine de MacPherson, rejoint la Tallebudgera  et va se jeter dans le Pacifique entre  Burleigh Heads et Palm Beach.

Trois minutes pour arreter une nation

TROIS MINUTES POUR ARRETER UNE NATION

 

 Nous sommes le premier mardi de novembre

Un évènement extraordinaire va avoir lieu à Melbourne

On va célèbrer dans quelques heures

Une  institution vieille de presque 150 ans

Dans la capitale du Victoria, c’est la Big Party

Les rues de Melbourne se vident, les magasins sont fermés

C’est un jour férié, personne ne travaille, c’est un pêché en ce jour

Le tout Melbourne est à Flemington

Les femmes ont sorti leurs nouveaux chapeaux

Les hommes, leurs habits de gentlemen

Les autres  se déguisent aussi, c’est le carnival comme a Rio

On parle chevaux, du futur gagnant, du futur hero,

On écoute les dernieres nouvelles, à la télé, à la radio

On épluche tous les journaux du pays

On étudie la forme, la distance, l’âge, la barrière

Les victoires précèdentes, le pédigree, le terrain

Le jockey du moment, l’entraineur qui fait parler de lui

Des milliers de personnes  pique-niquent

Sur la pelouse pleine à craquer de Flemington

Avec une coupe de Champagne à la main

Qui va gagner? Qui va rentrer dans la légende?

Quel cheval?, quel  jockey? quel l’entraineur?

Les superstitieux miseront sur leur couleur preférée,

Leur date de naissance, le nom du cheval

Bientôt des nouveaux noms entreront dans l’histoire

Peut-être dans le  Guiness des records

Si vous arrivez a l’aéroport de Melbourne à 2h de l’après-midi

Le premier mardi du mois de novembre

Vous pourrez entrer facilement dans le pays

Il n’y aura personne pour vous demander votre passport

Votre visa ou autre formalité d’immigration,

Tout le personnel de l‘aéroport  est devant la télé

Comme le reste du pays qui retient son souffle

Sur 3200 metres, la distance la plus longue

Dans la courte histoire de ce pays

Le temps est suspendu pendant trois minutes

Trois minutes pour arrêter une nation

La prestigieuse Melbourne Cup